Okorodus

 

Né au Nigéria en 1970. Etudes à l’Université de Bénin, dans l’état d’Edo où il décroche un diplôme en arts graphiques. Après des débuts dans l’illustration de presse, il quitte l’Afrique dans les années 90 et fi ni par s’établir à Anvers en 2002. Sa peinture frappe par sa richesse chromatique et par un sens aigu des effets de matière enluminés de matériaux tels que des fragments de métal, des perles ou des cartes à jouer. Des compositions recherchées, fouillées même, mettent en exergue des personnages presque essentiellement féminins sur des fonds travaillés dans la couleur et le relief léger. Car la femme, anonyme mais ô combien chargée de symboles, constitue pour l’artiste une source d’inspiration intarrissable. Elle est prétexte au chatoiement dans ses vêtements, au scintilllement dans ses atours et aux inventions les plus étonnantes dans ses coiffures. Son statut souvent bafoué, sa force dissimulée sous une apparente fragilité en font le thème par excellence d’une peinture qui s’attache à souligner les aberrations d’une monde où l’humain perd chaque jour un peu de sa dignité. Peinture vivante malgré tout, un brin naïve dans sa facture et riche d’infl uences multiples où l’Afrique occupe une place d’honneur. Témoignage d’un artiste engagé qui dénonce sans stigmatiser, toujours attentif à la beauté qui sommeille sous le drame d’une vie, au sourire qui illumine certains visages dans les moments les plus inattendus, la peinture d’Okorudus s’adresse à tous sans distinction. Elle s’appréhende avec la vue et avec l’ouïe. Elles résonne en nous longtemps encore après le dernier regard.

Didier PATERNOSTER (H.A.A.)

 
Vernissage-cocktail, LE MERCREDI 22 AVRIL 2015 DE 18 Á 21 H.