Robert Alonzi

 

Né à Soumagne en 1953.

Peintre, sculpteur, autodidacte. Peint et sculpte depuis les années 80. Comme pourrait le faire croire un petit jeu de mots sur son nom - " allons-y, Alonzi " l'artiste aime prendre ses personnages à bras le corps, un peu brutalement et en caricaturant aussi bien les acheteurs dans les petits marchés urbains que les êtres patients qui attendent le bus ou les enfants qui se livrent à leurs jeux favoris. L'image qu'il en donne est directe, presque brutale, traitée avec un lyrisme de faubourg. Il aime les affubler d'une tronche à la Cyrano tandis qu'il donne aux enfants des allures de vieillards concentrés sur la stratégie de leurs ébats. Dans la composition de ses toiles pourtant on perçoit une grande familiarité cordiale qui le lie à ses personnages : ce sont les petites gens simples qui sont ses compagnons d'existence qui éveillent son intérêt de peintre. Mine de rien, il soigne la profondeur de ses compositions qui reflètent tour à tout un dynamisme enjoué ou une attitude paisible et détendue. Il adopte des bleus vifs pour animer les flaques d'eau dans lesquelles s'ébrouent ses gosses avec une exubérance méditerranéenne, ou des verts printaniers qui mettent un peu de joie dans les quartiers moins favorisés. Il met surtout en contrastes tranchants les rares touches de couleur claire et les ombres projetées. Celles-ci sont curieusement dures, opaques, presque menaçantes, comme bitumées. Elles donnent une grande force à la structure de ses toiles, à son organisation des espaces, aux rythmes qui s'installent avec autorité. On ne sait s'il faut qualifier Alonzi de peintre naïf ou populaire par ce qu'on sent qu'il est en communion sociale et existentielle avec les êtres qu'il représente. Il y a quelque chose de touchant dans ses coups de brosse énergiques, et de contemplatif dans ses vues plongeantes sur le spectacle de la rue. Le caractère caricatural de ses sculptures est plus excessif, chargé de sarcasme ; il relève plus de l'outrance narquoise que d'une approche délibérément humoristique. Dans la mouvance de la BD actuelle, ses personnages s'inscrivent sans difficultés dans la famille des moins privilégiés de la nature. Ils sont plus près des trognes de Daumier que des personnages jolis de Disney…, mais il font rire par l'exagération même de leur apparence.

Wim TOEBOSCH (A.I.C.A.)

.
Vernissage-cocktail, le mardi 16 octobre 2007 de 18h à 21h.